Article du 09 avril 2008

Y a-t-il mieux qu’un centre d’apprentissage professionnel qui va donner une deuxième chance à celles et ceux qui ont été privés d’une formation intellectuelle et professionnelle au départ ? Y a t-il mieux qu’un centre de formation professionnelle qui leur apprendra un métier, celui qu’ils aiment et auront choisi eux-mêmes, et qui enfin, leur restituera leur dignité et leurs droits pleins et entiers ? Y a-t-il mieux qu’un centre d’accueil et de repos où pourront se détendre aisément des femmes défavorisées et convalescentes, des femmes malades du Sida qui sont en général rejetées au sein de leur famille ? Y a-t-il mieux qu’un centre de vacances ou des femmes pourraient se récréer après de durs travaux ?

Pour ces minorités, pour ces exclus de nos sociétés matérialistes, technocrates et perfectionnistes, pour ces résidus que le système trop exclusif de nos sociétés a rejetés, pour ce lumpenprolétariat de nos sociétés du 21ème siècle, y a t-il autre espoir que des centres sociaux qui les accueillent pour leur offrir un avenir sûr grâce à une formation professionnelle ? « Le lumpenproletariat – cette lie d’individus déchus de toutes les classes qui a son quartier général dans les grandes villes – est, de tous les alliés possibles, le pire. Cette racaille est parfaitement vénale et tout à fait importune. Lorsque les ouvriers français portèrent sur les maisons, pendant les révolutions, l’inscription : « Mort aux voleurs ! », et qu’ils en fusillèrent même certains, ce n’était certes pas par enthousiasme pour la propriété, mais bien avec la conscience qu’il fallait avant tout se débarrasser de cette engeance. Tout chef ouvrier qui emploie cette racaille comme garde ou s’appuie sur elle, démontre par là qu’il n’est qu’un traître. » (Marx/Engels : « La social-démocratie allemande »)
Et pour une lutte efficace contre l’exode rural qui dépeuple les zones rurales, y a-t-il meilleure solution que des centres de formations professionnelles sur place en milieu rural ?

Chers amis, nous pouvons transformer le monde en transformant la vie de ces minorités. Et pour cela, signons massivement cette pétition de l’ASSOFEM. Disons aux autorités françaises et ivoiriennes que nous voulons faire de la Force Licorne et des Fanci, deux forces de construction au service de l’ASSOFEM.

« OUI, POUR L’ASSOFEM, LA LICORNE AIDEE DES FANCI DEVIENT UNE FORCE DE CONSTRUCTION EN CÔTE D’IVOIRE. »

Dites-le au Président de la république française en lui écrivant sur le lien ci-dessous :
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Dites-le au Premier Ministre de la république française en lui écrivant sur le lien suivant :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Dites-le au Ministre de la Défense de la république française en lui écrivant sur le lien suivant : courrier-ministre@sdbc.defense.gouv.fr

Dites-le au Président de la république de Côte d’Ivoire en lui écrivant sur ce lien : http://www.presidence.ci/contact.php3?id_auteur=3

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s